Mélatonine

Melatonine

NOM SCIENTIFIQUE

C13H16N2O2 / N-(2-(5-methoxyindol-3-yl)ethyl)acétamide

FORME

Poudre

FABRICATION

Synthèse

LIEU DE FABRICATION

Asie

PROPRIETES

Réduit le temps d’endormissement ; atténue les effets du décalage horaire ; augmente la durée et la qualité du sommeil

Une hormone sécrétée à la tombée de la nuit

La mélatonine est une hormone fabriquée à partir d’un acide aminé apporté par l’alimentation, le tryptophane.

Découverte à la fin des années 1950, la mélatonine a connu ses heures de gloire 40 ans plus tard. L’hormone dite du sommeil était particulièrement utilisée pour limiter les effets du décalage horaire.

Cette hormone joue en effet un rôle essentiel dans la régulation du sommeil. Elle est produite lorsque la luminosité baisse et donc que l’heure du coucher approche doucement. Elle prépare finalement l’organisme au sommeil.

La sécrétion de mélatonine s’étale entre 21 heures et 7 heures en moyenne, avec un pic de production entre 2 et 4 heures du matin.

Avec l’âge, on le sait, la sécrétion de la mélatonine diminue, ce qui pourrait expliquer pourquoi les personnes âgées souffrent davantage de troubles du sommeil (difficultés à s’endormir, réveils nocturnes, lever matinal…).

Induit le sommeil en quelques minutes seulement

De nombreuses études sur les effets de cette hormone ont été publiées.

Ainsi, une étude a montré que la prise d’1 mg le soir permettait de réduire le temps d’endormissement tout en augmentant la durée du sommeil. Le sommeil des 15 personnes suivies avait aussi été de meilleure qualité. Une autre étude indique que la prise de 2 mg par jour de mélatonine durant deux mois améliorait le sommeil des participants, surtout ceux qui avaient plus de 55 ans1,2.

Une méta-analyse publiée en 2013, qui a tout de même regroupé 19 études et 1683 personnes,

a confirmé les bienfaits de la mélatonine : elle peut réduire le temps d’endormissement, augmenter la durée totale du sommeil et améliorer sa qualité chez des personnes souffrant de troubles modérés du sommeil3.

Enfin, la mélatonine est bien connue des personnes qui voyagent beaucoup car elle atténue les symptômes du décalage horaire. Elle est depuis longtemps très prisée des personnes travaillant sur des vols longs courriers.

Pour être efficace, et parce qu’elle agit très rapidement, la mélatonine doit être prise juste avant le coucher.

Melatonine

Une mélatonine parfaitement pure

La mélatonine que nous utilisons est obtenue par synthèse chimique. Pour cela, 7 étapes sont nécessaires. Notre fournisseur nous garantit alors une mélatonine avec une pureté supérieure à 99%.

Notre mélatonine est parfaitement dosée, ce qui vous assure de prendre une quantité de mélatonine suffisante pour être efficace dès les premières prises.

Ni accoutumance, ni dépendance

Contrairement aux somnifères chimiques, la mélatonine ne crée pas de phénomène de dépendance et ne modifie pas artificiellement votre horloge interne.

Aucun effet indésirable majeur n’a été trouvé pour la mélatonine. Quelques rares cas de nausées, de maux de tête et de vertiges ont toutefois été rapportés4.

La mélatonine doit évidemment être pris avec prudence si vous devez conduire (risque de somnolence…).

Elle doit être prise avec un avis médical en cas de cancer, d’épilepsie, de maladie d’Alzheimer, de prise d’antidépresseurs et d’anxiolytiques, et de maladie auto-immune. Idem pour les personnes sous anticoagulants puisque la mélatonine pourrait influer la coagulation sanguine.

Nos produits qui contiennent de la mélatonine

Somnicalm
Somnicalm >
dès 19.90 €

Références

1M. E. J. Attenburrow, P. J. Cowen, et A. L. Sharpley, « Low dose melatonin improves sleep in healthy middle-aged subjects », Psychopharmacology 126, no 2 (1996): 179–181.
2Alan G. Wade et al., « Prolonged release melatonin in the treatment of primary insomnia: evaluation of the age cut-off for short-and long-term response », Current medical research and opinion 27, no 1 (2011): 87–98.
3Eduardo Ferracioli-Oda, Ahmad Qawasmi, et Michael H. Bloch, « Meta-Analysis: Melatonin for the Treatment of Primary Sleep Disorders », PloS One 8, no 5 (2013): e63773, doi:10.1371/journal.pone.0063773.
4Nina Buscemi et al., « Efficacy and safety of exogenous melatonin for secondary sleep disorders and sleep disorders accompanying sleep restriction: meta-analysis », Bmj 332, no 7538 (2006): 385–393.